EUCOOKIELAW_BANNER_TITLE

Sep 112018
 

Organization: INTERSOS
Country: Democratic Republic of the Congo
Closing date: 20 Sep 2018

1. Termes de Référence

Intitulé du poste: Chef de Projet Nutrition

Code: SR-38-666

Pays : République démocratique du Congo

Lieu d’affectation: Bukavu, Sud Kivu

Date de prise de fonction: 01/10/2018

Durée du contrat: 12 mois

Sous la supervision de: Chef de Mission Intersos RDC

Supervision directe de: 15 staff locaux

Personnes à charge: //

2. Contexte général du projet

La Zone de Santé de MWANA s’étend sur deux Collectivités-Chefferies de Burhinyi et Luhwinja en territoire de MWENGA. La superficie est de 508 Km2 et son relief montagneux associé à une insuffisance des voies d’accès aux Formations Sanitaires par réseau routier rendent difficile la réalisation de plusieurs activités. A ce jour, la situation sécuritaire est relativement calme à part les quatre aires de santé (Lurhala, Karhala, Kimalanjala et Mugamba), dans lesquelles existent quelques poches d’insécurité liées à la présence des forces négatives (FDLR, Mai-Mai). (Rapport annuel, BCZ 2017). La population est estimée à 143814 habitants dont 27 325 enfants de 0 à 59 mois (Population de la SZ Mwana, BCZ 2018). Dans la zone, une partie de la population a été délocalisée en faveur de l’exploitation minière (Société BANRO) diminuant ainsi l’accès à la surface arable et à la nourriture d’une partie de la population vivant de l’agriculture de subsistance. Cette situation est aggravée par une faible production agricole due à la pauvreté du sol, les maladies des plantes et les érosions.

La population dans la région est exposée aussi aux différentes pathologies telles que sont le paludisme, la diarrhée, la malnutrition et les maladies sexuellement transmissibles. Malgré ce haut niveau de vulnérabilité, les difficultés d’accès aux services liées aux conditions géographique (9 sur 15 Aires de santé sont accessibles par la route), la disponibilité des services (L’insuffisance et le retard des approvisionnements en médicaments et autres intrants spécifiques) mais aussi le système de recouvrement des couts posent problème d’accès aux services pour les populations et les enfants de 0 à 59 mois soufrant de la malnutrition en paient le prix (l’hospitalisation d’un cas de MAS avec complication couterait 60 à 70$ avec une moyenne de durée de séjour de 10 jours d’hospitalisation).

LA ZS de Mwana est constituée de quinze (15) aires de santé et dont 10 aires de santé avec Postes de santé. Seulement trois UNTI, Sept UNTA et sept UNS déclarent intégrer la PCIMA dans leur PMA et PCA. Néanmoins, en plus des difficultés d’approvisionnement en instants, seulement quatre membres de l’équipe cadre du District Sanitaire (ECD) ont bénéficié de la formation sur la PCIMA. Trois structures (CS Lurhala, CS Kathala et CS Mugamba) sont situées au-delà de 30 Km de BCZ impactant ainsi fortement sur leur approvisionnement et le référencement. 798 relais communautaires (RECO) identifiés sur 873 prévus, mais aucune formation reçue sur la PECIMA.

La prévalence est de 22,7% en MAG dont 7,1% MAS et 15,7% MAG (Rapport Screening nu, PRONANUT février 2018)

Il reste très difficile, à ce jour, d’avoir la situation réelle du programme de nutrition dans la zone, la qualité des données disponibles pose problème d’analyse. Néanmoins, en 2017 la ZS a rapporté 885 cas d’enfants ayant bénéficié de la prise en charge au niveau des FOSA (572 en UNTA et 313 en UNTI). Si taux de guérison est de 89,8% dans les UNTA et 98,3% dans les UNTI ; le taux d’abandon est estimé à 10% dans les UNTA et 1,7% dans les UNTI. (Rapport annuel 2017). Deux AS (AS de Luciga et Mulambi) constituent les zones de sentinelles de surveillance nutritionnelle. Malgré les screening nutritionnels organisés, la disponibilité et la qualité des services de prise en charge restent à désirer.

Ce projet facilitera la redynamisation des activités de la PCMA passant par le renforcement des activités communautaires (dépistage précoce et référencement) combine’ à la capacitation des prestataires de soins et le renforcement du système de gestion, d’approvisionnement en intrants et rapportage afin de favoriser l’accès des communautés aux services de qualité. La responsabilisation et l’implication des communautés en mettant la femme au centre des actions constituent la base de succès de des activités préventive, promotionnelles et de prise en charge précoce. La lutte contre les ruptures passera par l’appui aux structures avancées (AS Lurhala→Tchizuka, AS Karhala→Chibindye) et la mise en place des stocks tampons (AS Mugamba) dans les zones difficiles d’accès.

3. Objectif général de la position

Assurer le fonctionnement adéquat des activités nut sous sa responsabilité, en définissant et en mettant en œuvre les règles, protocoles et procédures, et en garantissant la qualité des soins médicaux afin d’améliorer la santé de la population ciblée.

4. Principales responsabilités et tâches

Coordination du Projet :

· Coordonner, évaluer et superviser le fonctionnement adéquat des activités médicales conformément aux protocoles et procédures ainsi que par la collecte adéquate des données des patients et leur analyse ;

· Coordonner et suivre le programme de travail quotidien de l’équipe sous sa responsabilité (absences, congés, suivi des absences, etc.) ;

· Veiller à la réalisation des objectifs et communiquer tout problème survenant dans le service ;

· Participe aux rapports mensuels conformément aux lignes directrices (c’est-à-dire comptes rendus, rapports statistiques médicaux, etc.) et à la planification annuelle ;

· Elaborer une planification objective et ponctuelle des activités du projet ;

· Assurer la coordination avec les partenaires et partie prenante (acteurs humanitaires, autorités administratives), avec les représentants des bailleurs et autres acteurs présents sur le terrain ;

· Assurer le respect du plan de travail et proposer les réajustements si nécessaire ;

· Assurer la soumission mensuelle de rapports d’activités au chef de mission ;

· Reporter de manière rapide et précise toute difficulté rencontrée dans la mise en place du projet au chef de Mission et contribuer à l’identification de solutions ;

· Participer aux réunions de coordination sectorielle au niveau terrain.

Gestion des Ressources Humaines :

Planifier et superviser, en coordination étroite avec le département des ressources humaines, la gestion du personnel des activités sous sa responsabilité (recrutement, formation, évaluation des performances, développement et communication interne) afin de garantir des ressources adéquates (effectif et connaissances) et développer leurs compétences.

Capitalisation et gestion de connaissance :

· Assurer la capitalisation des expériences et des données obtenues dans le cadre du projet ;

· Identifier les besoins et proposer de nouveaux programmes potentiels ou activités à mettre en place sur le terrain ;

· Transmettre au chef de mission toute documentation photo et vidéo des activités, ainsi que toute informations significative sur la zone d’intervention et les activités du projet pour alimenter les besoins de visibilité, collecte des fonds et communication.

5. Profil requis

Education

· Essentiel – Diplôme médicale ou paramédicale ;

· Souhaité – Spécialisation ou formation en médecine tropicale ou en santé publique.

Expérience Professionnelle

Minimum 3 ans d’expérience dont minimum 1,5 ans dans des positions similaires.

Exigences professionnelles

· Solide compréhension du contexte d’urgence humanitaire ;

· Capacité de travail dans un contexte sécuritaire très volatile ;

· Capacité à travailler dans un délai serré, avec peu de supervision et sous pression ;

· Grande capacité de communication, écrite et orale, et à entretenir des relations avec une expérience dans la gestion des équipes de travail ;

· Aptitude à travailler en équipe et de manière autonome.

Langues

· Français courants (parlé, lu, écrit) ;

· Bonne connaissance de l’anglais et/ou italien (souhaitable).

Qualités requises

· Sens de l’organisation, de la gestion et de la planification;

· Excellent sens relationnel, diplomatie et approche partenariale ;

· Flexibilité et capacité de travail dans un contexte difficile, sous pression et dans un milieu souvent non confortable;

· Capacité de communication et de travail en équipe et dans un contexte multiculturel;

· Aptitude à travailler dans un environnement de sécurité très volatile et dans des conditions de vie basique;

· Esprit d’adaptation à des conditions de vie simples, à un climat sec chaud/très chaud et à des contraints de sécurité;

· Respect des valeurs/mission INTERSOS.

How to apply:

Pour en savoir plus et pour postuler à cette offre d’emploi, suivre ce lien:

https://www.intersos.org/en/work-with-us/#intersosorg-vacancies/vacancy-details/5b8659eb3e541776e85eb407/

En cas de problèmes avec la plate-forme INTERSOS, les candidats qualifiés sont priés d’envoyer leur CV ainsi quune lettre de motivation à: recruitment@intersos.org. Comme objet du message, veuillez indiquer «**SR-38-666 – Chef de Projet Nutrition – DRC**».

Veuillez également mentionner le nom, le poste et les coordonnées d’au moins deux références, y compris le responsable hiérarchique lors de votre dernier emploi. Les membres de la famille sont à exclure.

Seulement les candidats sélectionnés pour le premier entretien seront contactés.

cliquez ici pour les détails et appliquer

OFFRES SIMILAIRES (NOUVEAU)

ENTRETIEN D'EMBAUCHE
Questions Typiques
“Where do you want to be five years from now?” “What employers are really asking is, ‘Is this job even close to your presumed career path? Are you just applying to this job because you need something? Are your long-term career plans similar to what we see for this role? How realistic are your expectations for your career? Have you even thought about your career long-term? Are you going to quit after a year or two?’”
Questions à poser
What have you enjoyed most about working here? This question allows the interviewer to connect with you on a more personal level, sharing his or her feelings. The answer will also give you unique insight into how satisfied people are with their jobs there. If the interviewer is pained to come up with an answer to your question, it’s a big red flag.