EUCOOKIELAW_BANNER_TITLE

Jan 192018
 

Organization: Première Urgence Internationale
Country: Democratic Republic of the Congo
Closing date: 15 Feb 2018

Première Urgence Internationale (PUI) est une Organisation Non Gouvernementale de solidarité internationale, à but non lucratif, apolitique et laïque. L’ensemble de ses personnels se mobilise au quotidien pour couvrir les besoins fondamentaux des victimes civiles mises en péril, marginalisées ou exclues par les effets de catastrophes naturelles, de guerres et de situations d’effondrement économique. L’objectif est d’aider les populations déracinées dans l’urgence, tout en leur permettant de regagner rapidement autonomie et dignité. L’Association mène environ 190 projets par an, dans les domaines de la sécurité alimentaire, la santé, la nutrition, la réhabilitation d’infrastructures, l’eau et l’assainissement et la relance économique. PUI intervient en appui à près de 7 millions de personnes dans 21 pays, en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, en Europe de l’Est, et en France.

Découvrez notre histoire et nos valeurs

Situation et besoins humanitaires :

La RDC en 2018 fait encore face à une instabilité importante en raison des affrontements entre les groupes armés irréguliers et les forces militaires nationales/MONUSCO au Nord Kivu et du conflit inter communautaire entre la population Batwa et Luba dans la Province du Tanganyika. Par ailleurs, des enjeux politiques et constitutionnels continuent de complexifier la grille de lecture des différents conflits encore en cours, en particulier le processus d’élections présidentielles qui reste pour l’heure flou.

La situation dans la province du Nord-Kivu a peu évolué pour la population depuis la défaite du mouvement rebelle M23 fin 2013. Les FARDC se focalisent actuellement sur d’autres fronts pour lutter contre les nombreux groupes armés actifs dans la région (Maï Maï, APCLS, FDLR, ADF etc). En outre, les tensions ethniques et les problématiques d’accès à la terre sont sources de tensions particulières dans les zones d’intervention de PUI (Masisi, Rutshuru, Béni). Les fermetures forcées des camps de déplacés internes ont contribué à la déstabilisation du contexte en mettant en péril la vie de milliers de personnes déplacées et le fragile équilibre économique de milliers de familles d’accueil.

Dans la province du Tanganyika, des conflits ethniques (entre milices Twas/pygmées- et Lubas/Bantoues) initiés en 2012 ont connu une escalade en 2016 ainsi qu’au début de l’année 2017. Les zones d’intervention de PUI (Zone Sanitaire de Kiambi, Nyunzu et Kabalo) se caractérisent par un dénuement important de certains groupes (accès limité aux terres agricoles, à l’eau potable, enclavement, récurrence d’épidémies telles que la rougeole et le choléra) exacerbé par les déplacements les plus récents.

Dans la province du Sud-Ubangi, plusieurs camps de réfugiés ont été ouverts dans les territoires de Libenge et de Zongo entre en lien avec la crise en cours en RCA. Fin 2016, plus de 100 000 réfugiés étaient enregistrés dans l’ex-province de l’Equateur incluant le Sud-Oubangi. Considérant que la majorité des habitants de la zone de Libenge sont eux-mêmes des « retournés » revenus de la République du Congo en 2012, les tensions dérivant de la cohabitation forcée entre les populations locales et les réfugiés pourraient constituer un facteur d’instabilité.

Dans la province du Kasaï, les affrontements entre la milice « Kamuina Nsapu » et les forces de sécurité ont touché de nombreux villages et entrainé des déplacements massifs de population. Selon les derniers chiffres publiés par OCHA en octobre 2017, la province dénombre 97,984 personnes retournées, 13,406 rapatriés de l’Angola et toujours 333,906 personnes déplacées internes (sur 762,307 dans la région du Grand Kasaï). Au 1er novembre 2017, avec la stabilisation progressive de la situation sécuritaire, le principal «hotspot» du conflit se situe dans les territoires de Kamonia (qui comprend la ZS de Kamwesha), et de Luebo.

Notre action sur le terrain :

PUI souhaite orienter son action vers le renforcement de capacités de résilience des populations ciblées par ses projets via une approche intégrée tout en accentuant ses capacités de réponse/positionnement rapide sur les crises d’urgence. La capacité des ménages à résister à un choc futur et à mettre en place des stratégies d’adaptation et de survie constitue une priorité dans ce type de contexte, où aux problématiques structurelles se superposent des déplacements massifs liés à plusieurs conflits armés.

PUI s’est positionnée sur l’urgence au Kasaï en lançant une mission exploratoire pendant l’été 2017, puis en ouvrant une base à Tshikapa en novembre 2017 en vue de la reprise partielle des activités de MSF- Espagne à Tshikapa. PUI cherche actuellement à étendre son intervention au Kasaï, notamment dans la zone de santé de Kamwesha.

Découvrez notre réponse à la crise

Dans le cadre de nos activités en RDC, nous recherchons un(e) Responsable projet Santé/Nutrition à Goma.

Le/la Responsable Projet Santé / Nutrition supervise la mise en œuvre des programmes médicaux dans les zones de santé de Mweso et de Birambizo (Province du Kivu). Il partage son temps entre la base opérationnelle de Mweso et la Coordination Provinciale de Goma.

  • Programmes: Il/Elle s’assure de la bonne mise en œuvre et du suivi du/des programme(s) médicaux sous sa responsabilité dans le respect de la politique de santé de PUI.
  • Ressources Humaines : Il/Elle recrute, forme et supervise l’équipe médicale (salariés PUI et journaliers éventuels).
  • Logistique et administration : Il/Elle assure le respect des procédures logistiques et administratives du/des activités sous sa responsabilité.
  • Représentation: Il/Elle représente l’association auprès des partenaires, autorités et acteurs locaux impliqués dans la mise en œuvre des programmes médicaux.
  • Sécurité : Il/Elle contribue au respect des règles de sécurité sur la base et transmet toutes informations d’ordre sécuritaire à son/sa responsable hiérarchique.
  • Stratégie : Il/Elle contribue à l’élaboration de nouvelles interventions sur la base de besoins identifiés.

Formation et Expériences :

Formation

Diplôme d’infirmier, sage-femme, médecin, ou nutritionniste

Expérience Professionnelle

Internationale

Humanitaire

Software

Pack Office

Sphinx, Epidata desirable

Qualités du candidat

  • Capacité à travailler de façon autonome avec prise d’initiative et sens des responsabilités
  • Bonne résistance au stress
  • Sens de la diplomatie et ouverture d’esprit
  • Bonne capacité d’analyse
  • Organisation et gestion des priorités
  • Force de propositions, recherche de solutions
  • Capacité à travailler et manager de manière professionnelle et mature
  • Capacité à intégrer l’environnement local sous ces aspects politiques, économiques et historiques Langues parlées

Langues

Français et Anglais indispensables

Conditions proposées

Salarié en Contrat à Durée Déterminée – 6 mois

Date de démarrage : Février 2018

Salaire brut mensuel : de 1 815 à 2 145 Euros selon parcours en Solidarité Internationale + majoration de 50€ par semestre d’ancienneté avec PUI

Transport AR Domicile / Mission, visas, vaccins…

Assurance comprenant couverture médicale et complémentaire santé, assistance 24/24h, rapatriement et prévoyance

Hébergement en maison collective

Frais de vie (« Per diem »)

Régime de Break: 5 jours ouvrés à 3 et 9 mois de mission + prime de break

Régime de Congés Payés: 5 semaines de CP / an + billet A/R au domicile tous les 6 mois

Pour en savoir plus sur notre offre, merci de consulter le profil de poste sur notre site !

How to apply:

Merci d’envoyer votre candidature (CV et Lettre de Motivation) à Natalia Montoya, Chargée de Ressources Humaines sur recrutement@premiere-urgence.org en précisant l’objet suivant : « RDC-RP SantéNut »

cliquez ici pour les détails et appliquer

OFFRES SIMILAIRES (NOUVEAU)

ENTRETIEN D'EMBAUCHE
Questions Typiques
Tell Me About Yourself People tend to meander through their whole resumes and mention personal or irrelevant information in answering--a serious no-no. Keep your answer to a minute or two at most. Cover four topics: early years, education, work history, and recent career experience. Emphasize this last subject. Remember that this is likely to be a warm-up question. Don't waste your best points on it. And keep it clean--??no weekend activities should be mentioned.
Questions à poser
What have you enjoyed most about working here? This question allows the interviewer to connect with you on a more personal level, sharing his or her feelings. The answer will also give you unique insight into how satisfied people are with their jobs there. If the interviewer is pained to come up with an answer to your question, it’s a big red flag.